Double visage

capture-decran-2016-12-16-a-13-15-17Lorsque vient le jour où tu nais Maman, le jour précieux où ton bébé ouvre ses poumons pour inspirer la vie, tout se chamboule dans ton coeur, ton esprit et ton corps. Tu deviens contradictions coincée entre le bonheur intense et l’épuisement extrême, isolée par la peur de l’inconnue et l’obligation de te montrer exemplaire pour ta fille, pour toi. Pour ton entourage aussi. Heureusement, la nature est bien faite, donner la vie te fait pousser des ailes. Malgré l’angoisse et la fatigue, tu te sens légère pour confronter les difficultés. Quand ton petit bout ouvre les yeux pour la première fois et qu’elle te regarde assurément, tu sais. Tu comprends, peu importe les maladresses comises, qu’elle t’aimera inconditionnellement.

Ce qui est dingue, c’est d’arriver à trouver sa place entre qui tu étais et qui tu deviens juste grâce à ce regard. Cependant, le ressenti est bien différent de la vérité. Ton coeur sonne maman à toute heure lorsque ton corps, lui, se proclame femme.

Cette grossesse n’a été qu’amour et bonheur. Tu te glisses dans une bulle de bonheur contagieuse et l’amour que tu ressens pour ton conjoint ne cesse d’augmenter. Le jour de l’accouchement, c’est l’apothéose. Je me rappelle de cette phrase de la sage-femme : « Mais monsieur, pourquoi vous pleurez ? elle n’est pas encore arrivée – Parce que je suis heureux » (oui, Ugo a pleuré avant, je ne vous parle donc pas de l’après…). Pour certaines, tout se remet en place très rapidement, mais cet accouchement et les conséquences liées ont clairement affectée ma vie de couple. Avec le temps qui passe, tu te trimbales de lourdes casseroles. M’aime-t-il ou me désire-t-il encore ? Suis je encore l’amour de sa vie ? Me trouve-t-il encore belle ? Trop de « encore » qui ponctuent le fait que ton statut s’est modifié. Tu n’es plus que sa femme. Tu es aussi celle qui lui a donné une fille. Tu es la mère de ses enfants.

Et puis il te dit que rien n’a changé. Enfin si, qu’il t’aime davantage et que tu es encore plus radieuse qu’avant (c’est pas beau de mentir, ca fait quatre mois que je n’ai pas dormi plus de 6h d’affilé…). Je pense qu’il est important d’entendre ses quelques mots pour rallier le fait d’être devenue maman à la femme que tu étais pour devenir une meilleure version de toi même. Se sentir soutenue est la clé principale pour reprendre confiance en soit, physiquement et moralement. 

Aujourd’hui, Jeanne a quatre mois et je me sens bien. Aimée et aimante, fière du chemin parcouru et des efforts fournis qui portent leurs fruits ! Nous sommes trois, nous sommes une famille.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s